Un femme travaille dans une serre de Medicago

Notre plateforme de développement sur plantes est polyvalente

Il existe différentes méthodes pour développer des vaccins. Tous les vaccins sont cependant composés d’une version inoffensive d’un antigène destiné à déclencher une réponse immunitaire contre un virus ou une maladie. L’organisme est alors capable de se défendre lorsqu’il rencontre ce virus ou cette maladie.

Dans le processus de développement de vaccins sur plantes, des plantes vivantes sont utilisées comme bioréacteurs pour produire une particule non infectieuse qui imite le virus cible. Tout cela se fait sans l’utilisation de virus vivants.

Notre plateforme de développement sur plantes produit à la fois des vaccins et des anticorps. La rapidité, la précision et l’adaptabilité combinées de notre technologie permet la production de vaccins et de traitements sûrs et efficaces développés pour faire face à des pandémies émergentes ou à des besoins mondiaux.

Comment les vaccins produits sur plantes sont-ils développés?

La technologie Proficia®

Une fois le séquençage génétique d’un virus effectué, Medicago se sert ensuite de sa technologie Proficia® pour synthétiser le code de ce virus de sorte que les instructions génétiques qui le concerne puissent être « lues » par les plantes.

La technologie Proficia® développée par Medicago est unique. Elle utilise effet la plante Nicotiana benthamiana, l’hôte expérimental le plus utilisé en virologie végétale, principalement en raison du grand nombre de virus qui peuvent l’infecter avec succès. Le processus cellulaire naturel de Nicotiana benthamiana est ainsi temporairement exploité dans le but de produire des particules pseudo-virales (PPV).

i Vaccines Europe . How are vaccines produced?. Consulté en septembre 2021.

ii Bally, J et al. Nature Plants. The extremophile Nicotiana benthamiana has traded viral defence for early vigour. Consulté en septembre 2021.

  1. Icône Synthèse Medicago

    Synthèse

    Tout commence avec une séquence génétique ou avec le code d’un virus. Nous nous servons alors de notre technologie pour synthétiser le code du virus. Ce code contient des instructions génétiques que nos plantes sont capables de « lire », et que nous insérons dans des bactéries qui transporteront l’information dans les cellules de la plante.

  2. Icône Infiltration Medicago

    Infiltration

    Les plantes sont immergées dans un liquide qui contient une bactérie nommée agrobacterium tumefaciens dans laquelle on retrouve une séquence d’une partie d’un gène viral. À l’aide d’un aspirateur, l’air qui se trouve entre les cellules de la plante est aspiré. Les plantes agissent alors comme des éponges : elles absorbent le liquide et l’agrobacterium tumefaciens qui s’y trouve.

  3. Icône Incubation Medicago

    Incubation

    À la fin de ce bain bactérien, les plantes sont placées pendant au moins quatre jours dans une serre soigneusement contrôlée. Elles peuvent ainsi poursuivre leur croissance. C’est au cours de cette période que les plantes produisent, rapidement et en grande quantité, l’ingrédient le plus important de nos vaccins : les particules pseudo-virales (PPV).

  4. Icône Récolte Medicago

    Récolte

    Une fois leur croissance terminée, nous récoltons les plantes et nous mélangeons les feuilles à une solution afin d’en extraire les particules pseudo-virales. Ces particules imitent la structure du virus afin de convaincre le système immunitaire de les considérer comme un virus contre lequel le corps doit se protéger. Ces PPV ne contiennent toutefois pas de matériel génétique, ce qui les rend non infectieuses.

  5. Icône Purification Medicago

    Purification

    Les PPV sont extraites des feuilles des plantes arrivées à maturité. Elles sont alors purifiées afin d’obtenir la matière finale qui sera utilisée dans la création de nos vaccins.