Chez Medicago, nous croyons depuis longtemps à la puissance des plantes pour aider à changer le monde.

Le monde devient de plus en plus connecté et interdépendant. Par conséquent, les gens cherchent à avoir un mode de vie plus durable. Cela a mené à des innovations dans la façon dont nous interagissons avec la nature. Chez Medicago, nous croyons depuis longtemps à la puissance des plantes pour aider à changer le monde, mais vous seriez surpris d’apprendre que d’autres innovations touchant nos vies sont inspirées des plantes.

Voici nos cinq meilleurs exemples!

Feuilles de lotus – mesure de lutte contre les marées noires

La gestion des marées noires est une opération coûteuse et délicate. Il existe plusieurs méthodes qui utilisent des substances bien connues, comme la sciure de bois qui absorbe le pétrole et l’eau. Cependant, cela rend l’élimination et la manutention beaucoup plus coûteuses et difficiles.

Les scientifiques analysent comment les feuilles de lotus et un type de fougère aquatique appelé Salvinia pourraient servir de mesure de lutte contre les marées noires.[1]

Les chercheurs ont découvert que les plantes à feuillage chevelu peuvent absorber les particules d’huile tout en repoussant l’eau pour créer un nouveau revêtement. Ils espèrent qu’en améliorant la technologie, ils disposeront d’un outil rentable pour décontaminer l’environnement.

Une solution créée à base de plantes pour lutter contre l’une des plus grandes menaces écologiques – le plastique

La menace que pose le plastique pour notre planète est bien connue comme étant l’un de nos plus grands défis environnementaux. Il ne s’agit pas seulement des dommages que le plastique peut causer lorsqu’il est jeté. Le processus de développement du plastique est énergivore, utilise des produits chimiques dangereux et libère du CO2 supplémentaire dans l’atmosphère.[2]

Des nouvelles solutions de rechange au plastique sont en cours d’élaboration en utilisant des plantes. Par exemple, une de ces solutions est un biopolymère plastique biodégradable et compostable fait à partir d’un squelette de polyhydroxyalkanoates produit par des organismes comme les algues. Non seulement il se dégrade plus rapidement et plus facilement que les plastiques traditionnels, mais les procédés utilisés pour créer les biopolymères sont des sources entièrement renouvelables.

Robots auto-régulateurs WALL-E inspirés par les plantes

Les robots jouent un rôle de plus en plus important dans toutes les parties de notre vie et améliorent notre façon de travailler. Comme la plupart des appareils mécaniques, ils peuvent faire défaut et cesser de fonctionner. La réparation exige une intervention humaine qui nécessite du temps et des ressources. Cependant, les scientifiques ont trouvé une nouvelle façon d’utiliser les plantes pour créer une nouvelle génération de robots capables de se réparer eux-mêmes.

Les robots à base de plantes sont fabriqués à partir de découpes en papier plié et de sucre en gel, qui n’ont pas de batteries ou de moteurs, mais leur composé organique simple est commandé par des réactions biochimiques plutôt que par des logiciels préprogrammés.[3]

Comme les plantes qui utilisent l’héliotropisme pour pousser vers la lumière du soleil et la nyctinastie, ces machines organiques utilisent un processus semblable à la transpiration avec hydratation et déshydratation pour envoyer de la rétroaction, ce qui maximise la quantité d’énergie solaire disponible pour les feuilles.

Une plante collante qui a inspiré un nouveau type de fermeture éclair

Inspiré par les bourres de bardane prises dans la fourrure de son chien, l’ingénieur suisse George de Mestral a fait une découverte en 1948 qui allait devenir aussi célèbre que le trombone. L’examen des bourres au microscope a révélé des milliers de minuscules crochets qui se lient efficacement à presque tous les tissus.

À partir de cette observation, George de Mestral a utilisé les crochets qu’il avait vus dans les bourres et les a combinés avec de simples boucles de tissu. Il a raisonné que les petits crochets s’accrocheraient dans les boucles, et que les deux resteraient ensemble. Le velcro a ainsi été créé, un nom qui vient des mots français « velours » et « crochet » et qui est devenu omniprésent partout dans le monde.[4]

Un besoin croissant de nouveaux traitements

La médecine s’est souvent inspirée de la nature, et de nombreux traitements modernes proviennent de sources naturelles que l’on trouve souvent au fond des océans ou dans les jungles.

L’utilisation de plantes modifiées transitoires comme bioréacteurs est un domaine de recherche passionnant, principalement parce que cette technique permet d’obtenir des produits sécuritaires et adaptables.[5]

La plante hôte est modifiée de façon transitoire par l’insertion et l’expression de nouveaux gènes, qui sont utilisés pour produire des peptides bioactifs, des antigènes pour les vaccins, des anticorps, des protéines utilisées pour des tests diagnostiques, des suppléments nutritifs, des enzymes et des plastiques biodégradables.

[1] The Times. « Lotus leaf inspires creation of oil clean up mesh », 18 avril 2015, https://www.thetimes.co.uk/article/lotus-leaf-inspires-creation-of-oil-clean-up-mesh-qzqnm8g7gkm Dernière consultation : juin 2022

[2] AskNature.com. « High Performance Catalyst System Inspired by Plants » https://asknature.org/innovation/high-performance-catalyst-system-inspired-by-plants/ Dernière consultation : juin 2022

[3] Cezan SD et coll. « Self-Regulating Plant Robots: Bioinspired Heliotropism and Nyctinasty. » Soft Robot. Août 2020; 7(4):444-450. Date de parution : 10.1089/soro.2019.0036. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31990639 Dernière consultation : juin 2022

[4] Velcro. « How Velcro® Brand Fasteners Were Invented », 22 juin 2018, https://www.velcro.co.uk/blog/2018/06/how-velcro-brand-fasteners-were-invented/ Dernière consultation : juin 2022

[5] Sharma AK et coll. « Plants as bioreactors: Recent developments and emerging opportunities. », Biotechnol Adv. 2009 Nov-Déc; 27(6):811-832. Date de parution : 10.1016/j.biotechadv.2009.06.004. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7125752/ Dernière consultation : juin 2022