Comment devient-on analyste en veille stratégique?

Avant de devenir analyste chez Medicago, j’ai été contrôleuse aérienne dans l’Aviation royale canadienne (ARC), puis agente de renseignements, pendant un peu plus de 20 ans. J’ai ensuite changé d’emploi pour aller servir dans la Royal Australian Air Force (RAAF) pendant quatre ans, également à titre d’agente de renseignements, dans le cadre d’un programme de transfert du Commonwealth. Pendant mon service en Australie, j’ai donné naissance à des jumelles identiques pour lesquelles je souhaitais un mode de vie plus stable. J’ai alors décidé qu’il était peut-être temps de réorienter ma carrière militaire d’officière à temps plein vers une carrière civile qui ne nécessiterait pas autant de déménagements et de déploiements.

ce qui me rend medicago

Je suis donc revenue au Canada et je suis devenue analyste, Veille stratégique où j’ai pu tirer parti de mon expérience militaire en tant qu’agente de renseignements et l’appliquer à un autre domaine. Bien que la recherche sur l’armement militaire étranger ait été très intéressante, travailler chez Medicago est également extrêmement gratifiant. J’étudie maintenant l’arsenal du corps humain contre les virus : le système immunitaire, les vaccins et les entreprises qui les fabriquent. J’ai beaucoup appris depuis que j’ai commencé à travailler chez Medicago en octobre 2019, juste avant la pandémie, et je me sens très chanceuse de travailler avec des personnes aussi talentueuses et axées sur la science.

En plus de votre emploi exigeant, vous êtes la mère de jeunes jumelles et vous préparez un doctorat. Comment arrivez-vous à concilier tout cela?

En dehors des heures de travail, je prépare mon doctorat en psychologie. C’est un projet de longue haleine à long terme, mais j’espère le terminer au cours des deux ou trois prochaines années. Avec un emploi à temps plein et deux filles en bas âge, le temps est la ressource la plus rare! Même si je ne suis pas douée en mathématiques, j’ai compris il y a plusieurs années qu’à part travailler beaucoup plus vite, la seule façon d’avoir plus de temps était de dormir moins longtemps. Je ne dors habituellement que 6 heures par nuit pour pouvoir travailler un peu sur ma thèse chaque matin avant que mes filles se réveillent et avant le travail. Les soirées et les fins de semaine sont consacrées à la famille. Travaillez fort, jouez fort!

Vos carrières ont été marquées par des environnements de travail plutôt masculins.

Oui, mes deux carrières se sont déroulées dans un milieu dominé par les hommes (dans le cas de l’armée) et majoritairement masculin (dans le domaine scientifique). Je ne suis pas facilement intimidée et souvent, j’oubliais que j’étais en minorité en tant qu’officière.

J’ai deux devises : 1. Ce qui vaut la peine d’être fait vaut la peine d’être bien fait (et cela commence par faire son lit le matin!); et 2. Si c’était facile, tout le monde le ferait (parfois, les meilleures récompenses attendent ceux qui osent et qui font plus d’efforts). Par conséquent, je travaille fort, je me prépare bien, j’ai confiance en moi et j’essaie toujours de faire de mon mieux dans ma profession. Pas parce que j’ai quoi que ce soit à prouver aux autres, mais pour maintenir ma valeur professionnelle et améliorer mon propre rendement.

what puts the me in medicago karyne 2

Quelles sont vos valeurs et quels conseils donneriez-vous à vos filles pour qu’elles osent emprunter la voie qu’elles veulent?

J’aime ces deux questions et je vais y répondre en même temps. Je valorise l’honnêteté, la loyauté et la persévérance. Je pense que ces valeurs sont tout aussi pertinentes dans l’armée que dans le domaine pharmaceutique. L’honnêteté en tant que valeur personnelle, mais également dans le sens de la recherche de la vérité, étayée par de l’information et des faits.

En fait, je suis impressionnée par la proportion élevée de femmes au sein de Medicago et je trouve cela plutôt encourageant. Je crois que les compétences, les efforts et la persévérance finissent par l’emporter sur les caractéristiques que les gens ont à la naissance, comme le sexe ou la couleur de peau. Je suis reconnaissante de la voie que d’autres femmes pionnières ont tracée pour nous et j’essaie d’honorer leurs réalisations en profitant de toutes les possibilités qu’elles ont offertes aux générations futures. Je conseillerais à mes filles de faire de même, c’est-à-dire de se perfectionner en fonction de leurs intérêts et de leurs compétences, et de saisir toutes les occasions qui leur sont offertes dans la vie. Ce sera alors à elles de persévérer et d’accomplir ce qu’elles ont entrepris de faire!