Il y a un an et demi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que la COVID-19 était une pandémie. Dès cet instant, Medicago a concentré ses efforts pour offrir une réponse à ce nouveau danger. Sa capacité à rechercher, à développer et à produire des vaccins rapidement et à grande échelle n’a jamais paru aussi nécessaire. Medicago a su tirer parti de l’expérience acquise lors de précédents épisodes pandémiques et de son habileté à s’adapter rapidement. La technologie de vaccins dérivés de plantes qu’elle développe entend jouer un rôle essentiel face aux menaces actuelles et aux pandémies futures qui guettent le monde.

Medicago, pionnière des produits dérivés des plantes

Depuis 1999, Medicago est un chef de file dans le domaine des produits thérapeutiques dérivés de plantes. Parce que les plantes ont un système immunitaire affaibli, résultat des changements génétiques naturels qui se sont produits au cours des millénaires, elles ont la capacité d’accueillir un nouveau matériel génétique . Au fil des ans, les chercheurs de Medicago ont développé une méthode unique qui permet la production rapide et en grandes quantités de vaccins. Le laboratoire le plus important de Medicago est essentiellement composé d’une serre géante remplie de plantes N. benthamiana et les plantes y sont transformées en véritables mini-usines!

Le développement d’un nouveau vaccin commence lorsque les chercheurs reçoivent une séquence antigénique virale envoyée par l’OMS. Ils synthétisent alors le gène qui les intéresse et l’introduisent dans l’ADN d’un vecteur bactérien (appelé Agrobacterium Tumefaciens), lequel pourra ensuite conduire ce gène au sein des cellules de plantes. Les plantes sont alors immergées dans un liquide infusé de plusieurs vecteurs bactériens, chacun d’eux contenant le gène viral d’intérêt. Puis, par infiltration, les feuilles absorbent le liquide qui contient le vecteur bactérien. Ensuite, les plantes sont placées dans une serre où on les laisse pousser de quatre à six jours. Pendant cette période de croissance, des répliques non infectieuses du virus, appelées particules pseudo-virales, ou PPV, sont produites en grandes quantités à l’intérieur des feuilles de la plante. Finalement, ces PPV sont extraites pour créer des vaccins.

Les avantages du développement de vaccins dérivés des plantes

La récente pandémie a mis en évidence l’importance capitale de disposer de plusieurs contre-mesures en cas de menaces à la santé publique. Le développement de vaccins dérivés des plantes présente à ce titre plusieurs atouts essentiels. En particulier sa rapidité, un facteur clé en cas de pandémie. Les efforts déployés par Medicago permettent aujourd’hui la production de doses de vaccin de qualité en seulement 19 jours, ainsi que des doses de qualité clinique en six à huit semaines. Ce temps de réponse rapide a pu être testé à l’occasion de plusieurs crises sanitaires potentielles, pour lesquelles des candidats vaccins ont été développés. Notamment contre la grippe H1N1, le virus Ebola, et plus récemment contre la COVID-19. Medicago a également été en mesure de fabriquer, en un mois seulement, 10 millions de doses d’un candidat antigrippal destiné à la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis.

L’approche développée par Medicago est la seule aujourd’hui à permettre à la fois la production de vaccins et d’autres formes d’immunothérapies. Cette technologie issue de la puissance des plantes va permettre le développement d’une large variété d’agents prophylactiques et donc de traitements contre diverses maladies infectieuses.

Les serres de Medicago peuvent s’adapter facilement. De plus, elles permettent une production efficace – cultiver 10 ou 10 000 plantes nécessite en effet les mêmes les conditions et les mêmes efforts. Ces vastes serres peuvent abriter des milliers de plantes de N. benthamiana, tous occupés à produire des PPV. Avec la mise en route prochaine de ses nouvelles installations dans le quartier D’Estimauville de Québec, Medicago aura la capacité annuelle de produire jusqu’à un milliard de doses de vaccin pandémique.

La réputation croissante des produits thérapeutiques dérivés des plantes

La science derrière la technologie des vaccins dérivés des plantes a beaucoup évolué au cours des 25 dernières années . L’approche développée par Medicago constitue désormais une option dans la lutte contre les pandémies et les maladies. Medicago peut être considéré comme un partenaire de confiance pour les organismes gouvernementaux américains DARPA et BARDA (Biomedical Advanced Research and Development Authority), des institutions scientifiques et universitaires de premier plan comme les National Institutes of Health (NIH), les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et les Universités Harvard et de Stanford. Son candidat vaccin antigrippal fait l’objet d’un examen par Santé Canada et Medicago a mis au point le seul candidat vaccin dérivé de plantes contre la COVID-19 actuellement soumis à des essais cliniques de phase III.

Si la dernière année nous a appris quelque chose, c’est qu’aucune entreprise ni aucun organisme ne peut vaincre à lui seul une pandémie. Grâce au développement de ses vaccins et à ses avancées technologiques, Medicago espère prouver au monde l’immense potentiel des traitements dérivés des plantes. Sa mission est de protéger la santé humaine. Et pour atteindre cet objectif, Medicago fait confiance à l’incroyable pouvoir des plantes.

i Bally, J et al. Nature Plants. The extremophile Nicotiana benthamiana has traded viral defence for early vigour. Available at: Nature Plants. 2015, 1, 15165.

ii Takeyama,N et al. Plant-based vaccines for animals and humans: recent advances in technology and clinical trials. Ther Adv Vaccines. 2015 Sep; 3 (5-6): 139–154.